liste de mes articles

Lorem ipsum gravida nibh vel velit auctor aliquet. Aenean sollicitudin, lorem quis bibendum. Sofisticur ali quenean.

INSTAGRAM

Blog

Les évolutions successives de notre société, et plus largement celles du monde laisse une plus grande place à la question de l’épanouissement personnel. Les femmes éduquées des civilisations modernes ont de telles qualités et compétences (oui oui !) que naturellement les choses changent, à différents niveaux.

Elles avancent vers de nouveaux comportements relationnels, de nouvelles recherches, un autre mode de rapport à soi. Le dévouement extrême, l’abnégation s’estompent. Trouvant un équilibre elles s’oublient moins, se considèrent davantage. Restant en charge dans les familles de nombreuses responsabilités et tâches de la vie courante, pour autant, la posture change. Elles savent dorénavant inclure leur compagnon dans les décisions et exiger d’eux une plus grande participation. Les représentations du féminin, de son rôle et surtout le questionnement du sens…celui de la vie, du couple, de la famille est convoqué. La question du type d’activité professionnelle les travaillent ! c’est le cas de le dire ! La recherche de satisfaction et le besoin de cohérence également. Et de même les thèmes touchant les êtres responsables viennent les stimuler intellectuellement, sachant le rôle à jouer dans ce monde, elles sont de plus en plus consciente (défense des droits humains, animaux, écologie, humanitaire…).

Les femmes ont fini de vivre dans l’ombre des hommes, elles s’estiment et sainement construisent leur indépendance. L’aboutissement tend vers des relations à deux équilibrée tournée vers la rencontre, la complicité et le lien, où chacun trouve sa place. C’est un art, une quête, une marche d’équilibriste car il s’agit de réaliser ce qui n’est pas encore là, de surfer sur l’inconnu à partir de son bon sens et de ses ressentis. Par ailleurs les habitudes de jugement et de distance vis-à-vis des autres femmes se réduisent comprenant que la bienveillance, la compréhension et le soutien mutuel sont possibles…pas en compétition, ni si différentes.

Ce qui est « juste » ainsi, petit à petit, se concrétise. Le renoncement recule. Les femmes ont droit à une vie épanouie, elles le savent. Concernant les enjeux du couple elles ne sont plus assujetties à l’affection de leur compagnon, dépendant moins de l’approbation, de la reconnaissance ou de la validation masculine. Plus libres, elles peuvent exprimer leurs qualités, comme la générosité et la tendresse qu’elles ont intégré en modèle choisi, de façon assumée et moins comme un diktat. Ces précepts « d’être une bonne mère, une compagne parfaite, une bonne ménagère qui gère tout, qui entretien un logement au top du top » continuent de guider les actions quotidiennes. Toutefois il y a prise de distance, cela agit plutôt en mode « idéal » inspirant, on est moins dans l’esclavage du quotidien plus ou moins volontaire, hérité, illusoire et inconscient des dernières décennies.

Le travail s’effectue en chacune à sa mesure, des questionnements sont là. Le doute et une forme de solitude accompagnent le cheminement. Parfois un sentiment de décalage vis-à-vis des fonctionnements des autres, le supposé…ce qui devrait être…ce qui est bien ou pas…témoigne de l’inconfort de ces mutations. L’homme (l’intelligent et ouvert) observe, essaye de comprendre et suis comme il peut, parfois dérouté, ou carrément spectateur hagard (!) quand l’émotionnel s’exprime.

Car il est complexe d’opérer les transformations personnelles sans perturbations émotionnelles, ni incompréhensions mutuelles. Alors le besoin de prise de recul, de détente et de dénouement des tensions se fait sentir. Les séances bien-être (Yoga, Qi gong), les consultations auprès de thérapeutes, les groupes (sportifs, de liens sociaux, de loisirs) permettent d’encaisser l’onde de choc en quelque sorte.

Le corps est toujours là, nous l’oublions trop souvent lui demandant de suivre la cadence, nous le traitons en machine…prendre soin de soi n’a pas été appris, tout comme écouter, sentir non plus. Relâcher les tensions physiques, évacuer les effets du stress liés au changement et à la vie quotidienne est utile. Si le corps est dégagé du trop plein, les blocages atténués et les douleurs apaisées alors l’esprit peut jouer sa part plus aisément.

Bonne chance à chacun et chacune !

Leave a Comment: